Site de l'université de Franche-Comté
colloque-parole


Résumés des interventions

Conférences

Elisabeth GÜLICH

Co-construction de la maladie dans les interactions de soin. Perspectives du travail pluridisciplinaire

Cette conférence se propose d’illustrer le travail pluridisciplinaire en rendant compte de différents projets de recherche effectués en Allemagne (à Bielefeld et à Freiburg) par des équipes composées de linguistes et de médecins. Les recherches concernent les descriptions de crises épileptiques ou psychosomatiques, de troubles d’angoisse ou de panique et d’expériences traumatisantes. L’objectif est de montrer comment l’analyse linguistique des reconstructions narratives que présentent les patients de leur maladie ou de leurs troubles peut contribuer à résoudre des problèmes de diagnostic médical et à développer une approche thérapeutique.

La présente conférence s’articule autour d’une étude de cas.

 

Jean-François LAÉ

Travail d'écriture, agir par l'écrit

 

Je voudrais vous parler des écritures ordinaires en institutions.

Des écritures qui prennent les postures et les mouvements quotidiens pour objets. Des écrits affichés sur les murs des institutions, à l’entrée, dans les couloirs, dans les bureaux, sur ou hors tableau.

Des écrits obligatoires, dans les dossiers, les mains courantes. Ecritures aux apparences techniques, écrits de vérifications, de rondes, d'appels téléphoniques ; écrits de bilans, écrits accumulés et aussitôt oubliés.

Une masse de couches de papiers qui forment des strates sur le bureau, glissent dans l’armoire, puis en bas de l’armoire, puis dans la salle improvisée d’archives en vrac, puis discrètement à la benne. Je voudrais réfléchir à ces formes visibles creusées par l’écriture.

 

Communications

Ecaterina BULEA-BRONCKART

La relation de soin comme cadre et objet d’interprétation

La dimension communicationnelle du travail, ou « la part langagière » de celui-ci (Boutet, 1993 ; 1995 ; 2008), a retenu l’attention des chercheurs dès le début des années 1980, un ensemble de recherches ayant montré que cette dimension devait être considérée comme partie intégrante de l’activité des travailleurs. Certaines de ces recherches ont d’emblée concerné des situations de soins, envisagées dès lors non seulement sous l’angle médical, ou encore social ou socio-professionnel, mais aussi sous l’angle de la (co-)construction langagière qui s’y tisse, et dont on a souligné le caractère praxéologique, c’est-à-dire le fait que celle-ci accomplit, en réalité, une partie de l’activité professionnelle des soignants (cf. Cosnier, Grosjean& Lacoste, 1993 ; Borzeix & Fraenkel, 2001).

 

Alexandra CARIA

Transgresser une règle conversationnelle et entrer dans la relation de soin

Préférence pour les buts de l’activité en consultation Alzheimer

En conversation, les participants d’une rencontre sociale s’orientent routinièrement vers une préférence pour la minimisation des silences, participant de la progressivité interactionnelle (Sacks & al., 1974). Ainsi, la prise de tour survient préférentiellement après le premier silence qui suit un tour de parole et qui est traité par les participants comme une place transitionnelle pertinente (TRP). Le positionnement d’une seconde partie de paire adjacente (SPP) est alors observable en contiguïté par rapport à la première partie de paire (PPP), après une pause plutôt courte. Au contraire, un positionnement est considéré comme non-préférentiel lorsque le locuteur de la SPP ne commence pas son tour « à temps » et qu’un silence trop long rompt la contiguïté de la paire adjacente (Schegloff, 2007).

 

Nicolas COUÉGNAS & Antoine COLLIN

La parole influente.  Caractérisation sémiotique et pragmatique du genre discursif des thérapies brèves sous hypnose

Les médiations sémiotiques, verbales, para-verbales ou non verbales jouent un rôle fondamental dans la rhétorique hypnotique, pour créer les conditions de la modification de l’état de conscience et l’activation du processus hypnotique. Ce travail poursuit la réflexion sur la rhétorique hypnotique en mettant l’accent sur les conditions spécifiquement langagières du processus, dans le cadre particulier de thérapies brèves. L’objet d’analyse est double, puisqu’il s’agit à la fois d’identifier les ressources langagières exploitées pour activer le processus hypnotique et de caractériser les formes de l’échange verbal thérapeutique réalisé sous hypnose. L’ensemble permettant de formaliser ce que pourrait être le genre discursif de ces « suggestions qui soignent».

 

Michel DE FORNEL & Maud VERDIER

Comment donner voix à la douleur : étude de la dynamique interactionnelle d’une consultation d’analgésie

La douleur des enfants polyhandicapés et non parlants a été systématiquement sous-estimée pendant des décennies. Il a fallu l’émergence, en médecine de pointe, de consultations d’analgésie destinées à des enfants présentant des maladies orphelines, pour que la situation change et que le traitement de la douleur soit intégré à la relation de soin. Cette prise en charge a été possible grâce la mise en place institutionnelle d’un espace transitionnel – la consultation d’analgésie – offrant l’opportunité aux personnes en contact quotidien ou régulier avec l’enfant d’alerter sur un possible état douloureux et de disposer d’une écoute suffisante de la part d’un spécialiste de la douleur.

 

Christine FEVRE-PERNET

Discussions autour de l’errance diagnostique dans les forums Maladies Rares : la figure de l’expert médical mise à mal

Nous proposons dans cette communication d’interroger la relation de soin (au sens large) en nous intéressant à la circulation de la parole dans les forums « Maladies Rares ». Nous observerons comment l’errance diagnostique est vécue et perçue par les malades et comment elle remet en question le rapport au corps médical. Identifier, nommer la maladie est l’affaire de la profession médicale à qui revient la responsabilité de la définition du pathologique. Mais dans le cadre des maladies rares, il est fréquent que le diagnostic soit long à établir, que le médecin peine à catégoriser un état. Cette incapacité à nommer engendre un stress éprouvant pour le malade et son entourage.

 

Laurent FILLIETTAZ & Isabelle DURAND

« Je vous explique vous allez vous tourner » : la relation au patient dans l’activité des techniciens en radiologie médicale (TRM)

Cette communication s’intéresse à un domaine particulier des professions de la santé, celui de la radiologie médicale. L’activité des techniciens en radiologie médicale consiste à réaliser des images radiographiques, à partir de prescriptions médicales et à destination de médecins radiologues. Cette activité est guidée par trois sortes d’enjeux, étroitement imbriqués (Goudeaux, Seferdjeli, Poizat & Durand, à paraître ; Jorge & Scheller, à paraître) : produire des images interprétables et qui répondent aux exigences des activités diagnostiques des prescripteurs ; positionner le corps des patients de sorte à ce que ces images puissent être réalisées ; s’assurer de l’intégrité du patient, de son confort et de sa sécurité. Ces tâches ne s’accomplissent pas en-dehors de la communication. Au contraire, elles supposent un travail interactionnel complexe, dans lequel le patient ne constitue pas un objet inerte sur lequel il faut agir,  mais un partenaire avec lequel il s’agit de se coordonner  (Cosnier, Grosjean & Lacoste, 1993 ; Grosjean & Lacoste, 1999).

 

Aurore GRIBOS & Florence CABOT

Emprunt de mots, écriture de soi. Récit d'un groupe d'écriture réunissant des détenus originaires des pays d'Europe de l'Est

Exercer son activité de psychologue en prison, c'est inscrire sa démarche dans un entremêlement de cadres (judiciaire, pénitentiaire, social, hospitalier...). Ce contexte influence et agit sur la demande et l'offre de soin. La tâche du psychologue est d'abord d'y préserver un espace de parole et une alliance thérapeutique, d'inventer et créer des dispositifs qui favoriseront la prise en charge en démêlant les cadres d'intervention.

Dans le contexte carcéral, la demande de soins psychiques faite par les détenus issus de l'étranger, notamment des pays d'Europe de l'est, est avant tout celle d'un soutien en rapport avec le vécu carcéral et l'isolement. La réassurance permet alors d’exprimer des angoisses liées aux expériences de ruptures et d’échecs, à l’errance et à l’éclatement familial. La problématique identitaire émerge également dans l’ambiguïté ressentie face à la menace d’expulsion (à la fois redoutée et attendue).

 

Laurence HUET, Céline FOUCAULT & Martine TIMSIT-BERTHIER

 Emmêlage créatif et démêlage clinique. Quels sont les enjeux d'un documentaire de création radiophonique en milieu de précarité ?

L’interface psychiatrique "Siloé" est un dispositif original qui fait intervenir de façon conjointe le service psychiatrique du Centre Hospitalier Intercommunal de Toulon et l’Association "PromoSoinss", crée en 1992 par un groupe de médecins bénévoles donnant des soins à des personnes en situation précaire. À l'interface du sanitaire et du social, "Siloé" est une équipe pluridisciplinaire qui se fonde sur le principe d’une coopération étroite entre les professionnels de la santé et ceux du champ social.

Le public de Promo soins est hétérogène. C'est une population généralement masculine, assez jeune, qui souffre parfois de  pathologies psychiques mais il s'y ajoute de plus en plus des femmes isolées et des familles de personnes étrangères, demandeurs d'asile ou immigrés clandestins.

 

Noémie MARIGNIER

Négociations du soin entre médecins et parents d'enfants intersexué·e·s : les discours rapportés dans les dossiers médicaux

Cet article propose de mener une analyse des discours rapportés dans les dossiers médicaux d’enfants intersexes (c’est-à-dire qui naissent avec des organes génitaux qu’on ne peut assigner au sexe mâle ou femelle). On s’intéressera aux différentes manières dont les soignants retranscrivent leurs interactions avec les parents d’enfants intersexes.

Le dossier médical tient un rôle important dans le processus de soin : il organise et construit l’activité thérapeutique réalisée par les différents soignants : loin d’être un simple dire il est aussi un faire (Fraenkel 1993, 1993b). Les dossiers des patients intersexes sont particulièrement intéressant à étudier dans ce cadre : en effet, l’intersexuation est un phénomène rare qui surprend souvent aussi bien les parents que les soignants ; il est difficile de délimiter un parcours de soin a priori. Le choix du sexe, des opérations et du traitement est directement lié aux normes et aux représentations des sexes des parents et soignants, qui peuvent donc diverger (Guillot 2008). Or la communication médecins/patients tient une place importante dans les choix thérapeutiques.

 

Valéria MILEWSKI

Des mots donnés à des mots retrouvés. Ou : comment des bribes de récit de vie d’un malade circulent-elles et se reformulent-elles au sein d’un service de cancérologie pour aboutir à un livre autobiographique ?

Chacun se raconte. Parcellairement, à différentes occasions, à sa manière. Et c’est bien ce que nous avons en commun, tous. Non pas le fait de se raconter mais le fait d’avoir une histoire, une histoire de vie.

Et ces éléments constitutifs de la vie ne disparaissent pas à l’hôpital... bien au contraire.

C’est précisément cette thématique du « récit de soi » qu’explore depuis septembre 2007 l’équipe d’Oncologie-Hématologie du Centre Hospitalier de Chartres avec la biographie hospitalière, démarche proposée à des personnes gravement malades hospitalisées dans son service.

Cette approche pilote et singulière s’articule aujourd’hui autour d’une pratique quotidienne, d’une recherche qualitative en cours menée par l’équipe médicale et d’une thèse à venir en Sciences Humaines et Sociales (Linguistique) à l’Université Paris - Ouest Nanterre - La Défense.

Mais quelles sont les spécificités de cette relation de soin qui mêle le matériau biographique du patient  comme autant de médiations langagières et qui se matérialise pour certains par un objet-livre ?

 

Hiroko NODA

Transgressions du contrat de communication dans la relation de soin aux EHPAD

Dans la relation de soin, la vulnérabilité des soignés amène les professionnels à s’ajuster dans le processus de soin. Cet ajustement peut apparaître comme transgression du contrat de communication. L’interaction entre les professionnels et les personnes âgées au sein de l’Établissement d’Hébergement pour les Personnes Agées Dépendantes (EHPAD), a pour objectif de préserver la capacité communicative des personnes âgées et de leur épargner la solitude et le silence. Les professionnels doivent s’ajuster face aux réactions des personnes âgées qui ne correspondent pas toujours à ce qui est attendu par l’interlocuteur telles que les interrogations restant sans réponse. Les professionnels sont censés maintenir la « bonne » distance avec les personnes âgées, c'est-à-dire trouver un équilibre entre l’indifférence et l’engagement trop important, afin de considérer les personnes âgées comme une personne à part entière malgré leur vulnérabilité. Mais ce contrat de communication peut être enfreint : dans quelles conditions les transgressions du contrat de communication apparaissent-elles ? Si elle est l’action de dépasser des normes imposées, la transgression est aussi une remise en cause de ces normes. Qu’est-ce qui motive alors les professionnels à ne pas les respecter ? Qu’est-ce qui est remis en question par leur mobilisation de transgression ? L’objectif de cet exposé est d’interroger les transgressions dans l’interaction de soin.

 

Tea PRŠIR

La dynamique des variations voco-prosodiques dans les échanges usager-soignant

Cette communication propose d’étudier le rôle de la voix et de la prosodie dans l’échange entre l’usager et le personnel dans un centre de soins en structure pluridisciplinaire. Le corpus (extrait de Ploog et al. 2014) consiste en neuf enregistrements audio réalisés par le personnel du centre. L’analyse voco-prosodique porte sur un seul usager (toxicomane) depuis son arrivée au centre et sur une durée de 8 mois. Les enregistrements, d’une durée totale de 1h30, comprennent son échange avec trois membres du personnel : un éducateur et deux infirmières. À partir de la transcription orthographique, les données ont été segmentées en suites sonores, mots, syllabes et phonèmes dans Praat (Boersma & Weenink 2014). L’alignement avec le signal sonore au niveau du phonème est une condition pour obtenir automatiquement une série de mesures acoustiques avec Prosogram (Mertens 2004) et Prosodyn (Simon et al. 2011). Ensuite, ces mesures sont combinées entre elles pour décrire les paramètres prosodiques qui entrent dans la caractérisation de l’intonation, du rythme (débit, tempo), de l’accentuation et de la qualité vocale. Au final, cette étude contribue à une meilleure compréhension du rôle de la prosodie et de la voix dans l’interaction en général et notamment dans l’échange usager-soignant.

 

Christina ROMAIN, Sonia DE MARTINO, Véronique REY, Anne-Marie GIRARDOT & François POINSO

La fonction patrimoniale du langage : de la relation de soin à la remédiation des troubles de la pragmatique chez des adolescents avec T.E.D. sans DI

Notre proposition de communication rend compte d’un travail pluridisciplinaire conduit en milieu hospitalier auprès d’enfants et d’adolescents scolarisés en hôpital de jour, sur une durée d’une année. Ces patients présentent un Trouble Envahissant du Développement (T.E.D.) sans Déficience Intellectuelle (D.I.) ou un syndrome d’Asperger se caractérisant par un langage relativement préservé sur le plan de la structure linguistique et des troubles importants dans le domaine de la pragmatique du langage (Loukusa & Moilanen, 2009). Ces jeunes sont en difficulté pour gérer ces échanges (Baron-Cohen, 1998 ; Rapin & Dunn, 2003) : ils s’inscrivent difficilement dans un principe de coopération conversationnel (Grice, 1979),  appréhendent peu les tours de parole (Ramberg, C. & al., 1996), et peuvent détourner le thème conversationnel pour amener un interlocuteur sur leur sujet de prédilection (Baltaxe, 1977 ; Surian & al. 1996). Ces difficultés en pragmatique du langage engendrent des situations de communication conflictuelles générant une souffrance sociale chez ces adolescents.

 

Jorane SAUBESTY, Marion TELLIER & Daniel FRANCON

Analyse multimodale de l'interaction médecin-patient en situation d'annonce d'événement indésirable grave

Ce travail s’inscrit dans le cadre de l’analyse linguistique multimodale des interactions. Nous proposons une analyse d’interactions médecin-patient lors d’annonces d’événement indésirable grave lié aux soins.

Un événement indésirable grave (EIG) est un incident qui survient lors d’une hospitalisation ou entraîne une hospitalisation, et qui peut être dû à une erreur médicale ou une complication. On en recense environ 900 cas par jour (Michel et al., 2010). Il se distingue de la simple mauvaise nouvelle par le fait qu’il est nécessairement lié aux soins de diagnostic, de thérapeutique ou de prévention (Article L-1142-4 du Code Santé Publique), alors qu’une mauvaise nouvelle concerne généralement l’apparition d’une maladie ou des complications liées à l’évolution naturelle de la maladie.

 

Jérôme THOMAS

Circulation, statut et inscription de la parole dans l'urgence médicale et psychiatrique

Cette communication vise à rendre compte de la relation de soin spécifique et originale qui s’institue lors de la prise en charge de la détresse socio-psychique aux urgences de l’hôpital général. Elle s’appuie sur les résultats d’un travail de doctorat en sciences de l’information et de la communication, issu d’une enquête ethnographique de deux ans, menée en immersion auprès d’une équipe de psychiatrie intervenant aux urgences. Les résultats sont enrichis de données récentes issues d’un travail de recherche en cours sur les effets de subjectivation de la prise en charge d’urgence sur l’engagement dans le soin des patients alcooliques.

Les données recueillies sont de plusieurs ordres :

- extraits de journaux ethnographiques faisant le récit de l’observation directe des entretiens cliniques, de la vie des services d’urgence et de l’expérience subjective du chercheur en tant que celle-ci est fortement mise en jeu dans ce genre de terrains dits « sensibles » (Bouillon & al. 2005) ;

- analyse du mode de renseignement des dossiers de patients rédigés aux urgences par tour d’écriture, « en temps réel », par des praticiens de spécialités diverses, et selon des critères propres à la structuration de l’information médicale dans l’hôpital contemporain ;

- entretiens réalisés avec les équipes soignantes ;

- paroles recueillies « sur le vif » au chevet des patients ;

- vignettes cliniques.

 

Table ronde

Paul BOISSENIN

Emballement, emmêlement, entre-mêlement

Psychologue clinicien à l’Unité Sanitaire de la Maison d’arrêt à Besançon, nous proposons d’étudier une séquence de soins (avant, pendant, après une séance d’une heure trente) avec un patient mis en examen dans une affaire  criminelle.

Monsieur P fait l’objet de la part du Juge qui l’a placé en détention, de l’Administration pénitentiaire (Ministère de la Justice) et de notre Unité Sanitaire (Ministère de la Santé), d’une mise en surveillance spéciale par rapport à un risque suicidaire.

La situation de Monsieur P est  étudiée lors de la Commission bi-mensuelle de Prévention du Suicide. Cette C.P.S. rassemble des représentants de la Direction de la Maison d’arrêt, du Chef de détention, du Service d’insertion et de probation, de l’aumônerie, des visiteurs de prison, de  l’Unité Sanitaire.

Nous réfléchirons au procès de la protection de ce patient vulnérable,  qui a connu en cellule, la veille de notre rendez-vous, une crise d’angoisse majeure.

Nous mettrons en évidence comment  s’articulent, ou pas, des niveaux de contenance, autrement dit des voies de circulation de l’information et des actions pour cette protection. Nous distinguerons une voie externe et une  autre interne.

 

Joël FIARDET & Annie QUANTIN

D’une demande convenue à l’élaboration d’un projet réaliste

Dans le domaine de l’addictologie, la demande de l’usager émerge le plus fréquemment dans un contexte d’urgence « Je dois arrêter », « là, maintenant », «et de façon définitive ».

En s’adressant à un service de soins en addictologie, l’usager est généralement en attente d’une réponse médicale, que ce soit par un traitement médicamenteux ou par un séjour en milieu hospitalier.

Comment un service d’addictologie composé d’une équipe pluridisciplinaire peut tempérer cet élan et construire une réponse cohérente ?